Perspectives internationales dans les pays industrialisés: où en sommes-nous dans la mesure de la qualité des soins et de la sécurité des patients?

2016

La qualité des soins est une priorité des services de santé. Les programmes de sécurité des patients – qui en est une composante majeure – ont pour objectif entre autres de mesurer les événements indésirables associés aux soins. Des études « ad hoc » à partir des données cliniques ont montré que la question de la sécurité des patients hospitalisés était ubiquitaire, internationale et concernait l’ensemble des soins et des professionnels de la santé. Les données cliniques présentent cependant plusieurs limites importantes en termes d’hétérogénéité, d’exhaustivité et de coûts important pour les collecter. Au cours des dernières décennies, les données hospitalières de routine ont pris une place de plus en plus importante dans le processus d’élaboration des décisions en santé, et leur intérêt pourrait aller bien au-delà des objectifs initiaux de leur utilisation (évaluation des volumes d’activités et de prévision budgétaire pour les services de santé). Faire des données hospitalières de routine des données probantes de la qualité des soins demande le développement de méthodes complexes et spécifiques. La profession infirmière devrait s’intéresser plus largement à ces données et investir les champs de leur utilisation. C’est un défi majeur qui conditionne, à notre avis, la qualité métrologique des indicateurs utilisés, et aussi le leadership de la profession infirmière dans les prochaines années.

Conférencier

Jean-Marie JANUEL, infirmier, M.P.H., Ph. D.Institut universitaire de formation et de recherche en soins (IUFRS) Université de Lausanne – Faculté de biologie et de médecine, Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV)
SUISSE

Jean-Marie Januel est un expert de la mesure d’indicateurs de qualité des soins et de la sécurité des patients. Il participe depuis 2006 au développement d’indicateurs de résultats à partir des données hospitalières de routine au sein du groupe IMECCHI (International methodology consortium for coded health information). Il siège à de nombreux comités internationaux, dont le comité consultatif sur la qualité et la sécurité des soins de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le WHO Topic Advisory Group on Quality and Safety. Ce comité travaille sur la 11e Révision de la Classification internationale des maladies (CIM). Il assure par ailleurs la représentation de la délégation Française comme expert scientifique au sein du groupe « HealthCare Quality Indicateurs (HCQI) » à l’OCDE depuis 2008 et comme membre du bureau de ce groupe de 2012 à 2015.

Vous souhaitez voir la vidéo? Connectez-vous